La vache qui pisse sous un soleil de plomb !

 

Ruminant à l’allure désinvolte, la vache représente la grosseur, le volume et l’aspect sévère d’un individu.

illustrations vaches (2)

 

Coup de pied en vache: coup sournois et porté en traître.

Vache à lait: personne qu’on exploite, avec l’idée d’un profit continu.

Allusion à la vache laitière.

La vache est à nous: notre succès est assuré, nous avons parfaitement maîtrisé la situation.

Manger de la vache enragée: connaître de dures privations, surtout sur le plan alimentaire.

Pleurer comme une vache qui pisse: pleurer abondamment. On emploie aussi l’expression « pleuvoir comme vache qui pisse » pour décrire une forte pluie.

Plein comme une vache: complètement saoul.

Prendre la vache et le veau: épouser une femme enceinte d’autrui.

Parler français comme une vache espagnole: parler très mal le français.

Le plancher des vaches: la terre, par opposition à la mer.

Voir vaches noires en bois brûlé: se forger d’agréables chimères, rêver de choses agréables.

Rompre sa lance dans le cul d’une vache: commettre une lâcheté, ne rien faire de bon.

Les vaches grasses, les vaches maigres: période de prospérité ou temps de pénurie. Allusion à la Bible (aux 7 vaches grasses et aux 7 vaches maigres), symbolisant dans le rêve du pharaon d’Egypte, 7 années d’abondance suivies de 7 années de disette.

Vache de loin a assez de lait: les choses paraissent toujours belles, quand on les voit de loin.

Où la vache est attachée, il faut qu’elle broute: il faut se contenter de ce qu’on a.

Les vaches qui remuent tant la queue, ne sont pas celles qui ont le plus de lait: ceux qui parlent beaucoup, ne sont souvent que des incapables.

 

 

 

 

 

D.L.

Author: la rédaction

Originaire de Manosque, ce petit fils d’herboriste et de charcutier a non seulement la main verte, mais également le goût bien prononcé. Journaliste, auteur régional et passionné par les traditions provençales, Didier a parfaitement su décrire dans « Douceurs d’autrefois » l’ambiance si chaleureuse des goûters préparés par nos grand-mères. Dans son premier ouvrage « Mémoires d’un Herboriste »-Equinoxe Editions- Didier a mis en valeur les préparations de tisanes, de cosmétiques et les senteurs à l’ancienne.

Share This Post On
Pin It