Splendeur des Alpes : le lac du Lauzerot (05)

                 

Créé en 1979 par les soins de l’ONF et à l’initiative de la commune de Crots, était appelé à se substituer à l’ancien lac situé en amont, sacrifié en 1972 lors du captage de la source alimentant le réseau d’eau potable du pays.

Grâce à sa proximité et à son cadre agréable, mais aussi aux aménagements qui y ont été apportés (notamment l’abri rustique réalisé il y a quelques années par les élève du Lycée d’enseignement professionnel d’Embrun, ce lieu est devenu aujourd’hui un rendez-vous privilégié pour les touristes à la recherche d’un coin de pique- nique sympathique, et les pêcheurs de l’Embrunais.

Étymologiquement « Lauzerot » veut dire : terrain schisteux, lieu où l’on trouve de larges pierres plates ou grosses ardoises (« lauza » en patois). Mais aussi « laus » en occitan alpin, de lac, endroit très humide, marécageux… « lauserot »: petit lac, ce qui est bien le cas ici.

Situé à 1625 mètres d’altitude, ce lac magique entouré de mélèzes peut aussi vous apporter un calme intérieur à l’image d’un paysage du Tibet, dans lequel réside une source d’inspiration profonde.

 

Le Lauzerot, simplement magnifique!

Entre plaisir des yeux et sérénité, le Lauzerot ne vous laissera pas indifférent, d’autant plus que la chapelle qui se situe juste au dessus… vous appelle à un moment de spiritualité en pleine nature !

 

 

 

D.L.

 

Accès : à partir de Crots, prendre au sud du village le CD de Saint- Jean-de-Crots sur 11 km, jusqu’à La montagne (fin de la route goudronnée). De là, poursuivre par la piste forestière de la Grand’Cabane sur 1 km 500 environ. Garer son véhicule à droite (large esplanade où le site est signalé) puis emprunter le sentier qui monte à gauche, lequel vous amènera au lac en 5 minutes.

Author: la rédaction

Originaire de Manosque, ce petit fils d’herboriste et de charcutier a non seulement la main verte, mais également le goût bien prononcé. Journaliste, auteur régional et passionné par les traditions provençales, Didier a parfaitement su décrire dans « Douceurs d’autrefois » l’ambiance si chaleureuse des goûters préparés par nos grand-mères. Dans son premier ouvrage « Mémoires d’un Herboriste »-Equinoxe Editions- Didier a mis en valeur les préparations de tisanes, de cosmétiques et les senteurs à l’ancienne.

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It