Pluviers rôtis à la broche

 

Parmi les pluviers*, le meilleur pour la table reste le pluvier doré, qui devient très gras lors de son passage chez nous.

La chair du pluvier s’avère fort délicate, digestible, et cet excellent gibier se consomme aussi bien comme rôti que comme entrée.

Préparation:

Une fois les pluviers plumés, flambés et vidés, hachez grossièrement du céleri cru (le blanc uniquement) et mêlez des olives vertes, dénoyautées et un peu hachées. Humecter de vin de Xérès (ou de vin blanc sec) ce mélange et mettre ce hachis à l’intérieur des oiseaux; puis recoudre les ouvertures.

Couvrir chaque pluvier d’une bande de lard, et l’envelopper d’un papier beurré. Placer les oiseaux à la broche pour 20 minutes de rôtissage.

Dans la lèchefrite*, placez des tartines de pain posées sur une grille, afin qu’elles reçoivent le jus sans y baigner. Servir les pluviers sur ces tartines. Ajoutez un peu de vin de Xérès (ou blanc sec) au restant du jus, et mettez cette sauce simple et succulente dans une saucière chaude, afin d’accompagner le gibier rôti.

 

 

*Pluvier: oiseau échassier qui niche dans les toundras et les zones marécageuses.

*Lèchefrite: ustensile placé sous la broche ou le grill, pour recevoir le jus et la graisse d’une pièce de viande mise à rôtir.

 

 

 

 

D.L.

 

 

Author: la rédaction

Originaire de Manosque, ce petit fils d’herboriste et de charcutier a non seulement la main verte, mais également le goût bien prononcé. Journaliste, auteur régional et passionné par les traditions provençales, Didier a parfaitement su décrire dans « Douceurs d’autrefois » l’ambiance si chaleureuse des goûters préparés par nos grand-mères. Dans son premier ouvrage « Mémoires d’un Herboriste »-Equinoxe Editions- Didier a mis en valeur les préparations de tisanes, de cosmétiques et les senteurs à l’ancienne.

Share This Post On
Pin It