Masque à l’argile

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

Dans son magnifique petit ouvrage sur les bienfaits de l’argile, Régine Quéva nous remet en mémoire ce don de la terre, utilisé dans la pharmacopée naturelle depuis des millénaires.

Provencedoc vous propose une recette facile pour dynamiser et nettoyer la peau : le masque à l’argile.

 

Mélangez les ingrédients suivants : (selon votre choix)

–          Argile blanche ouverte, illite ou smectite

–          Eau de rose ou eau d’oranger

–          Jus de légumes ou de fruits (tomate, concombre, citron, pamplemousse, raisin)

–          une goutte d’huile végétale pour hydrater

–          Ajoutez si vous le souhaitez une goutte d’huile essentielle (arbre à thé, citron, romarin)

–          Une cuillère  à soupe d’infusion de thym, aux vertus antiseptiques, peut remplacer les huiles essentielles.

 

Etalez cette pâte sur le visage en une mince couche que vous gardez jusqu’à ce qu’elle sèche. Rincez-vous ensuite avec de l’eau tiède. Vous pouvez facilement conserver cette pâte dans d’anciens pots de crème pour le visage, il suffit d’humecter régulièrement la surface de la pâte.

 

Absorbante, l’argile s’imprègne des impuretés de la peau, qu’elle emporte avec elle. En retour, elle transmet aux cellules, les nombreux oligoéléments qui la composent : magnésium, fer, calcium, phosphore…

Elle capte et ôte les cellules mortes, c’est donc une terre à la fois exfoliante et reminéralisante. Les peaux grasses en tireront de nombreux bénéfices : le sébum est attiré par l’argile.

 

L’argile blanche est purifiante et donne de l’éclat à la peau.

La montmorillonite, argile de type smectite, gonflante et très absorbante pour les peaux grasses.

L’illite, argile verte exfoliante.

Les argiles rouges, plutôt conseillées pour reminéraliser la peau (fer).

 

 

Un précieux allié 100 % naturel, à ne pas négliger !

 

 

 

 

Source : « les bienfaits de l’argile » Régine Quéva

 

Author: la rédaction

Originaire de Manosque, ce petit fils d’herboriste et de charcutier a non seulement la main verte, mais également le goût bien prononcé. Journaliste, auteur régional et passionné par les traditions provençales, Didier a parfaitement su décrire dans « Douceurs d’autrefois » l’ambiance si chaleureuse des goûters préparés par nos grand-mères. Dans son premier ouvrage « Mémoires d’un Herboriste »-Equinoxe Editions- Didier a mis en valeur les préparations de tisanes, de cosmétiques et les senteurs à l’ancienne.

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It