L’épicier, l’arôme du village

 

Denrée rare dans notre société de sur-consommation, l’épicier du village, véritable marchand de couleurs,tenait négoce au milieu de nos places pour répondre aux premiers besoins du client. A une époque,maintenant qualifiée de vintage, on allait chez l’épicier,chez le boucher,chez le docteur, au confessionnal, en vacances,faire l’essence ou prendre un jaune. De nos jours, on se met au vert, on va au supermarché, on vote, on surfe sur le net et on paye avec la carte, le « chez » devient obsolète car on n’a plus le temps, alors on se dépêche et on met tout dans le coffre de la voiture  La communication dans les Hyper, à l’instar des fast-food, se réduit au strict minimum, concentrée comme une dose de mir « combien »,on met la carte,on paie et on s’en va.

Les expressions « comment allez vous Madame ou Monsieur de l’époque » ou « ça va minot, tu veux du café pour ta grand-mère » ont complètement disparu du vocabulaire de l’ère industrielle,au profit de « avez-vous votre carte de fidélité? », comme si on était enchaîné à l’enseigne ou autre expression moderne « ce produit est en promo si vous en achetez 4,vous avez le 5ème gratuit »,comme si on en avait besoin de 5, alors qu’un seul suffit…

Epicerie à Mane (04)

Epicerie à Mane (04)

Voilà, un petit retour sur les traces des nos aïeux où aller chez l’épicier, était un acte de bienséance et de convivialité,car l’épicier, il était ouvert le dimanche matin, et ça, on s’en rappelle encore quand on avait plus de café.

Décidément,on a vécu une époque formidable, il faut simplement ne pas l’oublier.

 

 

D.L.

Author: la rédaction

Originaire de Manosque, ce petit fils d’herboriste et de charcutier a non seulement la main verte, mais également le goût bien prononcé. Journaliste, auteur régional et passionné par les traditions provençales, Didier a parfaitement su décrire dans « Douceurs d’autrefois » l’ambiance si chaleureuse des goûters préparés par nos grand-mères. Dans son premier ouvrage « Mémoires d’un Herboriste »-Equinoxe Editions- Didier a mis en valeur les préparations de tisanes, de cosmétiques et les senteurs à l’ancienne.

Share This Post On
Pin It