Crévoux,un village au coeur de la montagne

Si vous souhaitez passer un séjour hors de la frénésie du monde,voici le lieu idéal,a quelques encablures d’Embrun…

Crévoux est une commune de montagne située dans le massif du Parpaillon. Elle occupe toute la partie haute du vallon arrosé par le torrent homonyme, qui descend du Grand Parpaillon en direction du nord-ouest, pour se jeter dans la Durance au pied d’Embrun. Ce vallon est bordé au nord par le pic Saint-André (2 857 m) et le pic de Chabrières (2 746 m), à l’est par le pic de Crévoux (2 644 m) et la pointe de l’Eyssina (2 837 m), et au sud par le Grand Parpaillon (2 990 m) et l’arête de la Ratelle (2 572 m)1.

Le contraste est fort entre la rive droite, adret rocheux le plus souvent nu, et la rive gauche, ubac boisé à dominante de mélèzes. La vallée est encaissée et inhospitalière, sauf autour de la Chalp, où on trouve une petite plaine de remblaiement alluviale.

D’est en ouest, soit en descendant le torrent : la Chalp, le chef-lieu, Praveyral, Champrond. Le chef-lieu, qui abrite la majorité de la population de la commune, est le seul établi sur la rive gauche, à l’ubac.

On n’accède à Crévoux que par l’ouest, depuis Embrun, par une route relativement sinueuse et étroite (D 39). Cette route se poursuit vers le sud-est jusqu’au col du Parpaillon, mais n’est plus goudronnée après le franchissement du torrent du Réal, et est fermée en hiver (D 39T). En saison, elle permet cependant d’accéder à Crévoux depuis la haute vallée de l’Ubaye.

Autrefois, le village avait une activité artisanale importante : vannerie, outillage, ébénisterie, charpente… et agricole, élevage (chèvres, vaches…), vin et eau-de-vie. Il avait aussi une activité d’ardoisière à partir de galeries creusées dans la falaise schisteuse au-dessus de Praveyral ; l’ardoise de Crévoux avait la réputation de durer « plus de cent ans »2.

En 1937, l’épouse de Léo Lagrange, sous-secrétaire d’État aux sports et à l’organisation des loisirs, vient inaugurer la station de ski, qui est ainsi l’une des plus anciennes des Hautes-Alpes. Cette création s’inscrit dans la politique du Front populaire de soutien au tourisme et à la démocratisation des sports.

Infos wikipedia

Author: la rédaction

Originaire de Manosque, ce petit fils d’herboriste et de charcutier a non seulement la main verte, mais également le goût bien prononcé. Journaliste, auteur régional et passionné par les traditions provençales, Didier a parfaitement su décrire dans « Douceurs d’autrefois » l’ambiance si chaleureuse des goûters préparés par nos grand-mères. Dans son premier ouvrage « Mémoires d’un Herboriste »-Equinoxe Editions- Didier a mis en valeur les préparations de tisanes, de cosmétiques et les senteurs à l’ancienne.

Share This Post On
Pin It