L’esthétique de la déesse

 

Longtemps source d’inspiration à l’époque antique, l’esthétique est devenue de nos jours l’incontournable route vers le bien-être intérieur.

L’importance accordée aux bains par la civilisation gréco-romaine s’avère considérable et de nos jours, les cures thermales ou de thalassothérapie restent très en vogue.

Il est dit que Cléopâtre, reine d’Egypte, prenait régulièrement des bains de lait de jument pour entretenir son épiderme.

cleopatre

Hammam ou Jacuzzi, tout est fait pour accéder à cet état de détente ou de relaxation…

Médecine de campagne avec les bains de pieds ou le non moins fameux bain de siège, l’élément le plus précieux de l’humanité se met à notre service.

L’eau, véritable guérisseur du corps et de l’esprit, draine les toxines et purifie…

Symbole de la vie, utilisé par la chrétienté pour les baptêmes et les ablutions, l’eau apporte le calme intérieur.

Bain chaud pour transpirer et éliminer les impuretés, bain froid pour dynamiser et améliorer la circulation sanguine, chacun doit apprendre à utiliser les différentes sortes de bains pour guérir ses maux.

« Et Dieu créa la femme », envoûtante, magique, maîtresse de nos sens, source inépuisable d’inspiration pour les artistes de tout bord.

Peintres, cinéastes, poètes, photographes, sculpteurs.. Tous sont tombés sous le charme de la déesse.

A la fois mystérieuse et sensible, comment rendre hommage à cette part de rêve qui émane de sa plastique… Bouquets de fleurs, bijoux, parfums, colliers, parures, appel à la séduction dans un monde à sensations.

Il faut qu’elle soit belle, bellissima !

Découvrons sans plus tarder comment « elle » nous fait perdre la tête et surtout pourquoi l’homme se jette à ses pieds.

Charme évocateur d’un petit rien mais qui fait tout.. A ce propos, il me vient une phrase :

« le nez de Cléopâtre eut été plus court, la phase du monde en eut été changée… »

D.L

extrait « Mémoires d’un Herboriste »

Author: la rédaction

Originaire de Manosque, ce petit fils d’herboriste et de charcutier a non seulement la main verte, mais également le goût bien prononcé. Journaliste, auteur régional et passionné par les traditions provençales, Didier a parfaitement su décrire dans « Douceurs d’autrefois » l’ambiance si chaleureuse des goûters préparés par nos grand-mères. Dans son premier ouvrage « Mémoires d’un Herboriste »-Equinoxe Editions- Didier a mis en valeur les préparations de tisanes, de cosmétiques et les senteurs à l’ancienne.

Share This Post On
Pin It