La 4CV de la confidentialité à la popularité

 

 

La Renault 4CV est conçue en quasi secret, en pleine clandestinité, pendant la Seconde Guerre mondiale, à une époque où les entreprises françaises de la zone occupée sont sous l’emprise allemande. Deux cadres de Renault, Serre et Picard, opposés à la collaboration avec l’Occupant et qui plus tard rentreront dans la Résistance, vont en octobre 1940 commencer à concevoir cette petite voiture populaire en prévision de l’après-guerre. Charles-Edmond Serre, 58 ans, est un des compagnons de la première heure de Louis Renault, dessinateur industriel, il est devenu administrateur de la société et directeur des études et de la recherche. Fernand Picard, un de ses principaux adjoints, est lui rentré chez le constructeur automobile en 1935 et est alors le directeur du bureau d’études.

Louis Renault, qui ne croit pas à une voiture populaire, même après avoir vu la Volkswagen Coccinelle au salon de Berlin en 1939, n’est pas informé du projet. C’est le premier véhicule de la marque où il ne sera pas impliqué. Pour lui l’automobile est un produit de luxe, et c’est seulement sous la pression de la crise que ses ingénieurs ont réussi à le convaincre de lancer en 1938 la juvaquatre, un modèle moins luxueux que ceux de la gamme habituelle du constructeur mais que Louis Renault n’appréciera pas.

 

C’est une petite voiture, mais elle est particulièrement spacieuse pour son époque et ses dimensions extérieures. La Renault 4CV – surnommée la « 4 pattes » mais aussi « la motte de beurre » à cause de sa forme et de la couleur jaune de ses premiers exemplaires – symbolise le retour de la paix et de la prospérité car elle est la première voiture française accessible au plus grand nombre comme l’indique le slogan publicitaire diffusé à l’époque :

« 4 chevaux, 4 portes, 444 000 francs ! ». La 4CV est la voiture la plus vendue en France jusqu’en 1955. C’est la première française à atteindre une production d’un million d’exemplaires.

 

 

 

D.L.

Source info : wikipédia

Author: la rédaction

Originaire de Manosque, ce petit fils d’herboriste et de charcutier a non seulement la main verte, mais également le goût bien prononcé. Journaliste, auteur régional et passionné par les traditions provençales, Didier a parfaitement su décrire dans « Douceurs d’autrefois » l’ambiance si chaleureuse des goûters préparés par nos grand-mères. Dans son premier ouvrage « Mémoires d’un Herboriste »-Equinoxe Editions- Didier a mis en valeur les préparations de tisanes, de cosmétiques et les senteurs à l’ancienne.

Share This Post On
Pin It